Vous payez encore des impôts ?

Document officiel pour la Déclaration des revenus
AFP PHOTO / ETIENNE LAURENT

Feu vert pour déclarer ses revenus

Vous n’êtes pas sans savoir qu’Avril est le mois de la déclaration de vos revenus 2018. Et même si cette année de transition avec la mise en place du prélèvement à la source, vous ne paierez pas d’impôts sur vos revenus du travail, vous ne serez pas exonéré de vos revenus exceptionnels.

Si vous n’êtes pas imposé sur vos revenus du travail 2018, votre déclaration va servir d’une part de réajustement de votre taux de prélèvement à la source et d’autre part à déclarer les éventuels investissements que vous auriez fait afin de percevoir en paiement direct les crédits ou réductions d’impôts auxquels vous avez le droit.

Cela m’amène donc à évoquer les fameuses niches fiscales que certains aimeraient voir disparaître parce qu’ils pensent ne pas en bénéficier. Savez-vous quelle est la 1re niche fiscale en France ? Les Livrets bancaires réglementés (Livret A, livret bleu, LDDS). Ces livrets au taux, certes, faible ne sont soumis à aucune imposition.

Les niches fiscales, parlons-en !

Si 474 niches fiscales existent (source Le Parisien), elles n’ont pas pour but premier d’aider les foyers aisés à se soustraire de leur imposition. L’Etat français n’est pas connu pour être clément avec ceux qui réussissent à générer des revenus confortables (particuliers ou entreprises). Alors pourquoi ?

L’Etat se sert tout simplement de l’investissement privé pour financer les domaines publics dont il a la charge de s’occuper. Ses finances ressemblant à celles d’une famille française sous le seuil de pauvreté, il offre des réductions fiscales en contrepartie de l’argent des investisseurs. Les réductions fiscales coûtent moins que l’emprunt de l’Etat auprès des banques.

Il existe un certains nombre de niches fiscales, mais elles se différencient sur un critère principal : sont-elles soumises ou pas au plafond maximum de 10.000€ par an (18.000€ pour les investissements en Outre-Mer). Je vous le lien du TOP 25 des niches fiscales qui vous permettra de savoir si la niche visée sera soumise au plafond ou pas.

Concrètement, comment ça se passe ?

3 formes de niches fiscales sont possibles : les déductions, les réductions et le crédit d’impôt. Voici comment les différencier :

  • Les déductions d’impôt : ce sont les frais que vous pouvez déduire du revenu global annuel. Il sert donc à baisser la base fiscale (assiette) qui calculera votre imposition. Par exemple, les frais réels professionnels ou la pension alimentaire.
  • Les réductions d’impôt : ce sont les sommes que vous pouvez soustraire de votre imposition. Par exemple, l’achat immobilier neuf PINEL vous permettra de soustraire 2% de votre acquisition par an pendant 9 ans. Puis 1% jusqu’à 12 ans.
  • Le crédit d’impôt : il fonctionne comme la réduction d’impôt. Mais si le crédit d’impôt est plus important que votre imposition, l’Etat vous rembourse la différence. Vous pouvez donc l’utiliser si vous êtes non imposable. Les frais de garde d’enfant hors du domicile entrent dans ce cadre.

En conclusion

Il existe de multiples solutions pour optimiser sa fiscalité. Les détracteurs de ces niches fiscales les utilisent probablement sans même en avoir conscience, et sans chercher pourquoi elles existent. Mes services de conseil en stratégie patrimoniale prennent en compte ces éléments pour vous aider à optimiser votre fiscalité. C’est à dire récupérer vos impôts pour les réinjecter dans votre patrimoine. N’hésitez pas à prendre rendez-vous pour une étude gratuite de votre situation personnelle.

avril 15, 2019

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *